Retour

Christophe Michalak

Michalak Paris

Présent à Taste of Paris le jeudi 17 mai.

Sur son compte Instagram, Christophe Michalak rivalise en nombre d’abonnés avec Jean Dujardin ou Sophie Marceau ! Il est l’un des chefs pâtissiers les plus reconnus de la profession et a élevé, avec ses créations rock’n’roll, la pâtisserie au rang de discipline cool. Ses faits d’arme ? Avoir bousculé la pâtisserie de palace, twisté les gâteaux de notre enfance, distillé une bonne dose d’humour dans les desserts les plus classiques.

Pourtant, rien ne semblait prédisposer ce Picard aux métiers de bouche. Petit, il voulait être dessinateur, mais faute d’entrer aux Beaux-Arts, il se lance dans la vie active. Apprenti d’une modeste pâtisserie de province, sa rage de vaincre lui ouvre les portes des plus grandes maisons : Le Negresco, Pierre Hermé, puis Ladurée. En 2000, il devient chef pâtissier du Plaza Athénée (jusqu’en 2016, date à laquelle il quitte le palace pour se consacrer pleinement à sa marque).

« A 15 ans, lors de mes débuts, j’ai eu un éclair de lucidité: J’ai compris qu’on pouvait donner beaucoup de bonheur avec peu de choses. » Générosité et gourmandise deviennent alors les chevaux de bataille de cet agitateur en chef. En 2005, il gagne la Coupe du Monde de la Pâtisserie. En 2012 il écrit et présente la première émission de TV autour de la pâtisserie : « Le gâteau de mes rêves ». En 2013, il est jury de l’émission de France 2 « Qui sera le prochain grand Pâtissier » et co-producteur et chef-animateur de « Dans la peau d’un chef ». La même année, il crée son école, la Michalak Master Class, avec un comptoir de vente, mais ce n’est qu’en octobre 2015 qu’il ouvre sa première pâtisserie dans le Marais. Son positionnement est la suite logique de son histoire : rendre hommage à la grande pâtisserie française en la sortant du cadre, en lui apportant une touche ludique et rock’n’roll. Les aficionados y retrouvent ses gâteaux signature (la religieuse au caramel beurre salé, le Baba, le Millefeuille au mètre…) et son travail sur la pâtisserie de demain, plus légère, moins grasse, moins gélatinée. Et parce qu’il n’aime pas les frontières – et que tout pâtissier qu’il est, il est aussi passionné de cuisine – il ouvre le Café Michalak en mars 2017, avec une offre salée imaginée avec sa sensibilité.

Partenaires