Retour

Gabriele Muti

Présent sur l’atelier Electrolux le dimanche 12 mai de 20h à 23h15

Le chef Gabriele Muti est très attaché à son île, l’Ile d’Elbe, au large de la Toscane. Il y a passé toute son enfance, entre les vignes de son père, le restaurant familial et la mer, omniprésente. Son père et sa mère y tenaient Il Baretto, le restaurant où “tout le monde venait” depuis la ferveur politique des années 70. Un endroit où on se réunissait pour savourer une cuisine simple, sincère, de produits frais, dans la convivialité. “Tous les produits venaient de l’Ile, mes parents les cuisinaient, et mon père faisait le vin qu’ils servaient au restaurant.” Tous ces personnages hauts en couleur ont façonné son amour pour cette cuisine, et l’état d’esprit qui l’accompagne. Amoureux de la vigne, il se forme en tant que sommelier, et voyage beaucoup, sans jamais véritablement quitter les fourneaux. L’idée d’ouvrir son propre restaurant s’impose peu à peu à lui comme une évidence, portée par l’envie de revenir à l’essentiel, de partager l’esprit de la cucina povera  dans laquelle il a été élevé.

C’est au cœur de la Nouvelle Athènes, dans ce 9è arrondissement parisien enclavé entre Pigalle et Saint Georges, que Gabriele Muti, épaulé par sa femme, Tala Iskandar, décide d’installer Uncino, leur premier restaurant. Dans un cadre chaleureux, aux pierre apparentes et aux murs emplis de bouteilles de vin, Gabriele surprend et enchante en proposant sa vision de la cuisine de l’île d’Elbe. Une cuisine italienne enlevée, détonante, qui fait la part belle aux produits de la mer, mais aussi aux plats terriens. Une cuisine qui redécouvre des produits oubliés, comme l’araignée de mer, sublimée dans le plat désormais signature du chef : les spaghetti à l’araignée de mer. Gabriele Muti cisèle des assiettes précises et généreuses, des pasta redoutables aux saveurs franches, des jus délicats et des ragoûts qui mijotent des heures : voilà l’essence d’Uncino