Retour

L’actualité d’Alexia Duchêne

I N T E R V I E W

ALEXIA DUCHÊNE

Taper dans l’œil d’Alain Ducasse lors d’une épreuve de Top Chef, voilà un joli coup du destin pour Alexia Duchêne qui traine son savoir-faire de cheffe depuis une dizaine d’années entre Londres, Copenhague et Paris auprès de Gregory Marchand ou Giovanni Passerini, entre autres. Son année fut marquée par une collaboration tout feu tout flamme avec le très estival Wanderlust et le lancement de Dasha avant qu’Alain Ducasse la recontacte pour prendre les rênes de son restaurant Allard le temps d’une résidence, malheureusement écourtée par le confinement. Figure montante de cette nouvelle génération de cheffes, Alexia démontre que la cuisine a finalement pris son indépendance, prête à être bousculée, à l’image des recettes qu’elle partage chaque jour sur Tik Tok pendant cette période.

COMMENT SORT-ON D’UNE EXPÉRIENCE TOP CHEF ?
Je ne m’attendais pas à apprécier autant l’aventure. J’avais un peu d’interrogation sur ce monde de la télévision qui, au premier abord, semblait moins fun que le quotidien d’un restaurant. Mais cette expérience m’a permis d’en apprendre beaucoup sur moi-même et sur mes coéquipiers. J’ai été surprise de recevoir d’aussi bons retours au moment de la diffusion et si j’en suis là aujourd’hui, c’est aussi grâce à ça.

LA RENCONTRE AVEC ALAIN DUCASSE FUT INATTENDUE ?
Ce n’est pas tous les jours que l’on fait une telle rencontre ! Cuisiner pour Alain Ducasse lors de l’épreuve du plat végétal fut avant tout un grand honneur et une manière de montrer ce dont j’étais vraiment capable. A la fin des dégustations, nous avons eu  l’occasion d’échanger. Il a été particulièrement marqué par ce que j’avais réussi à sortir ce jour-là tout en mentionnant que nous serions amenés à nous revoir.

QU’EST- CE QUI VOUS A SÉDUIT DANS CETTE PROPOSITION DE RÉSIDENCE ?
Je pense que je me considère plus entrepreneuse que cheffe au sens propre du terme. J’aime l’idée de ne pas être liée à un lieu de manière définitive mais de pouvoir exprimer la cuisine sous toutes ses formes et toucher une clientèle différente en fonction des univers proposés. Avec la situation actuelle, je n’avais pas envie de me fixer tout de suite et cette résidence est arrivée à point nommé.

PENSEZ-VOUS QUE LA GASTRONOMIE DEVIENDRA-T-ELLE DE PLUS EN PLUS NOMADE ?
Je pense que notre génération n’a pas envie de reproduire à l’identique ce que l’on a pu connaitre dans les restaurants. Nous sommes une génération plus curieuse, avec une envie de bouger plus forte.
La diversité, l’influence d’autres cultures, l’ouverture sur le monde, le rapport à l’environnement seront des curseurs qui définiront notre cuisine et lui apporteront sa propre identité.

COMMENT S’ARTICULE VOTRE CUISINE JUSTEMENT ?
J’ai toujours pris un malin plaisir à saucer mes assiettes et ce, dès ma plus tendre enfance. Je me rappelle du poulet aux champignons cuisiné par ma mère où la sauce prenait une place toute particulière. Il y avait là un vrai acte d’amour dans ce plat, une façon de transmettre une sacrée dose de bonne humeur. C’est cette notion de partage et de bonheur que j’essaie de retranscrire à travers trois piliers fondamentaux pour moi : des produits de saison issus d’une agriculture raisonnée, des plats gourmands et un vrai travail autour des sauces. Qu’importe le projet, ces trois piliers sont la base de ma réflexion.

VOTRE LIVRE – LA CUISINE D’ALEXIA – EST AUSSI UNE MANIÈRE DE TRANSMETTRE CELA ?
Je voulais un ouvrage qui soit à la fois accessible à tous, tout en montrant qu’il est facile de sortir de sa zone de confort et d’apporter la touche d’un chef dans la cuisine du quotidien. A travers 70 recettes, j’espère accompagner les amateurs de cuisine dans de nouvelles idées, en leur donnant également des astuces et des tours de main simples à reproduire pour acquérir les bonnes techniques.

QUELS SONT VOS PROCHAINS PROJETS ?
Je me nourris beaucoup de musique, de décoration, de nouveaux artistes un peu émergents. J’aimerais mettre en place, quand la situation nous le permettra, des diners privés autour d’une œuvre d’art et d’une playlist créée pour l’occasion. J’ai aussi envie de continuer à voyager, au Mexique notamment pour en savoir plus sur leurs épices et leur culture. La Suède est également un pays qui m’interpelle, leur rapport à la nature et au terroir est passionnant. En attendant, je m’amuse sur Tik Tok avec une recette par jour pour rendre ce confinement plus agréable !

 

© Crédit photo : Pierre Monetta

; ?>