Retour

L’actualité de Nina Metayer

I N T E R V I E W

NINA METEYER

D E L I C AT I S S E R I E

Comment réussir à se réinventer lorsque l’essence même de son métier est d’offrir du bonheur aux gens, de leur apporter
quelques grammes de douceur dans un monde qui joue les troubles fêtes ? Après ses expériences auprès de Jean François
Piège ou au sein du Café Pouchkine, Nina Metayer casse les codes de la pâtisserie classique en lançant Delicatisserie, où la
boutique devient virtuelle pour mieux répondre à toutes les demandes et gérer la production en conscience, faisant la part
belle à la qualité du produit.

COMMENT EST NÉE CETTE IDÉE DE DELICATISSERIE ?

Suite aux différentes maisons avec lesquelles j’ai collaboré, j’avais envie de mener mon propre projet en tout indépendance avec comme point d’orgue les deux éléments les plus importants pour moi : l’humain et le produit.  En mettant simplement des chiffres dans des tableaux, je me suis rendue compte qu’ouvrir une pâtisserie sans investisseur n’était pas viable financièrement. Il me tenait à cœur de pouvoir continuer à travailler avec les meilleures matières premières et offrir un environnement de travail positif à mes collaborateurs. C’est donc en faisant l’impasse sur le local que nous allions arriver à répondre à toutes les problématiques.

COMMENT S’EST MIS EN PLACE CE NOUVEAU CONCEPT ?

Nous avons monté un partenariat avec un traiteur haut de gamme qui nous met à disposition ses locaux pour nous permettre de produire à la demande selon les commandes et concentrer notre énergie sur notre savoir-faire tout en chouchoutant nos clients. Ce modèle nous offre une grande liberté de création et de flexibilité sans devoir répondre à des charges trop importantes ou des pertes d’invendus. Chacun commande sur le site puis nous proposons des points de collecte ou un format livraison pour ceux qui habitent en dehors de Paris.

COMMENT EST VENUE CETTE PRISE DE CONSCIENCE ?

D’une vraie remise en question ! J’ai toujours été de nature très heureuse mais il manquait un vrai sens dans mon quotidien. En réfléchissant à ce qui me faisait lever le matin, la notion de bonheur de mes équipes, de mes producteurs et des gens qui m’entourent s’est imposée naturellement. C’est en menant un projet avec un véritable sens que je pouvais m’épanouir pleinement.

QUELS ONT ÉTÉ LES OBSTACLES ?

Je crois que le plus gros obstacle fut cette prise de décision ! Je m’étais toujours juré de ne jamais devenir entrepreneur et de rester salariée, notamment pour garder un bon équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Cela a donc été une grosse source de stress de franchir le pas car les responsabilités ne sont pas les mêmes et la limite entre l’espace professionnel et privé est vite franchit. Cette expérience est assez unique et novatrice mais à la fois très grisante. J’aime aller explorer des territoires inconnus et vivre cette surprise du quotidien. Il faut savoir se remettre en question tous les jours. 

QUELLE EST VOTRE CRÉATION DU MOMENT ?

Je me suis inspirée de ce moment de l’amour où l’on s’apprête à s’embrasser, un hymne à la Saint Valentin. Cette création, que j’ai intitulé Toi + Moi, représente deux profils imaginés comme un tableau, sans cadre, représentant l’amour sans limite et sans préjugés, où chacun pourra choisir la composition en fonction de son identité. Les pré-commandes sont déjà disponibles, au prix de 19 € jusqu’au 7 février puis 22 €, toujours dans cette volonté d’une production responsable et engagée. 

QUEL REGARD SUR LA PÂTISSERIE DU MONDE D’APRÈS ?

La rémunération de nos producteurs au juste prix est l’enjeu principal des années à venir. C’est avant tout une question de respect du travail et de l’humain. Bien manger a un prix, bien rémunérer a un prix et il faut réussir à trouver les bons mots dans la communication pour faire comprendre notre démarche auprès du grand public. J’espère que la pâtisserie de demain ira dans ce sens, avec une réelle transparence sur le choix de chaque matière première et que chacun consommera de manière la plus honnête possible. Les gens doivent prendre conscience que bien faire ses courses est déjà un acte citoyen fort et participe au bien-être de la société qui ne demande qu’à être heureuse.

DELICATISSERIE PAR NINA METAYER

https://delicatisserie.com/

 

 

© Crédits photo : Mathieu Salomé / Louise Marinig

; ?>